Catégorie : Bibliothèque maritime

Rachel Moreau, juriste internationale de formation, s’est spécialisée il y a près de vingt ans sur les questions de nautisme et de développement durable. Elle a notamment travaillé auprès de l’OMI, de la FIN et de Tara Expéditions. En 2018, elle a lancé avec la Classe IMOCA et d’autres personnalités la campagne « Ocean As Common » pour que l’Océan soit reconnu bien commun de l’humanité par les Nations unies.

Aujourd’hui, Rachel Moreau est l’auteur d’un nouvel ouvrage « Naviguer écologique » aux éditions Vagnon qui propose un éclairage complet sur les règles et les pratiques actuelles pour naviguer écoresponsable, en posant les problèmes et en y apportant des solutions :

Continuer la lecture

L’Almanach du Marin Breton regroupe toutes les informations nautiques indispensables à la navigation : marées, météo, livre des phares et feux, cartes des courants, Ripam, radionavigation, textes officiels, accès aux ports, contacts de près de 350 ports de la Manche, mer d’Iroise et Atlantique, en partant du sud de l’Angleterre jusqu’à la frontière de l’Espagne.

C’est aussi un recueil sur la santé et la sécurité en mer, la signalisation et le balisage, les renseignements administratifs… Bref, une bible (qui serait complète si l’on considère que la mer Méditerranée n’a pas sa place dans le cœur des marins bretons) et le couteau suisse pour toutes les navigations de plaisance, de pêche ou au commerce.

Continuer la lecture

Parmi les trésors de la Bibliothèque Nationale de France figurent des cartes marines enluminées sur parchemin appelées « portulans« , de l’italien « portolano » qui signifie « livre d’instructions nautiques« .

Cet ouvrage coédité par la Bibliothèque Nationale de France et Seuil en 2014 retrace l’exploitation des supports de navigation maritime depuis le XIIè siècle. Ces portulans publiés sont authentiques et particulièrement révélateurs de la destination que les hommes ont choisi d’attribuer à la mer à cette époque. En effet, hormis l’aspect technique de ces cartes, celles-ci furent aussi produites sous la forme d’images du monde enluminées, destinées à de riches commanditaires, illustrant les intérêts économiques et politiques des puissances maritimes européennes.

Continuer la lecture