Et si les professionnels de la mer revenaient à la navigation à voile ?

Il ne s’agit pas ici d’un énième article sur le transport à la voile qui se (re)démocratise peu à peu, mais d’un véritable projet sociétal de transformation et de nouvelle approche sur la navigation professionnelle et de la propulsion des navires de la Marine Marchande.

Nous connaissons TOWT (TRANSOCEANIC WIND TRANSPORT) engagée dans le transport de marchandises bio à la voile, la société Neoline et son cargo à gréement duplex, les prototypes de navires électriques, les portes-conteneurs hybrides, mais ces entreprises agissent à plus grande échelle (au niveau des routes maritimes ou du volume exploité).

Pourquoi ne pas s’engager également au profit de la pêche, du fret à plus petit format, aux opérations scientifiques, ou aux activités du nautisme ?

C’est le projet de l’association « Voile au Travail« , qui s’inscrit dans le développement de solutions d’avenir en réhabilitant la voile dans le milieu professionnel maritime, et notamment celui de la pêche durable et respectueuse de l’environnement.

L’exploitation durable n’est pas un sujet à la mode, mais un sujet d’actualité suite à la prise de conscience collective de la société sur l’environnement et le besoin urgent d’adapter nos comportements sur nos méthodes de travail et de consommation.

L’association a pour projet la construction d’un catamaran à voile professionnel qui reprendrait les dernières technologies tant sur les matériaux, que sur l’hydrodynamisme et laérodynamisme.

« Grâce à l’utilisation d’un gréement innovant, le bateau restera simple d’utilisation et le pont restera dégagé et modulable. En fonction des demandes, il pourra donc être adapté pour diverses activités allant de la pêche, au fret, à la recherche scientifique, au nautisme etc.« 

Avec précision, le navire pourra être utiliser à des fins de :

  • Pêche professionnelle (engins dormants uniquement)
  • Pêche récréative
  • Balade en mer à la journée
  • Plongée
  • Maintenance sur sites hauturiers
  • Exploration et recherche
  • Transport de passagers
  • Transport de fret (2 EVP)
  • Charter
  • Plaisance

Plus d’impact carbone, plus de nuisance sonore, plus de rejet, deux coques, deux mâts, et une plateforme modulaire de 50m² pour adapter l’activité du navire.

Il s’agit donc d’un catamaran polyvalent professionnel axé sur la navigation hauturière et semi-hauturière. Son nom : LISTAO, faisant référence à la Bonite à ventre rayé.

Mais pourquoi un catamaran ? L’association Voile au Travail a fait ce choix en raison des usages envisagés et des nombreux avantages qu’apportent les multicoques :

  • Faible résistance à l’avancement
  • Vitesse moyenne élevée
  • Surface de pont importante
  • Grande modularité possible
  • Forte stabilité
  • Confort et sécurité des personnes et des biens
  • Grande autonomie énergétique
  • Faible dépendance aux énergies fossiles

Actuellement, l’association réalise des entretiens avec des pêcheurs actifs pour recueillir leurs recommandations et avec les marins en formation pour savoir ce qu’ils aimeraient voir changer sur leur futur bateau. Le but n’est pas d’imposer un nouvel outil de travail mais de construire un outil adapté.

Cependant, pour réaliser le prototype final, l’association a besoin de fonds. C’est la raison pour laquelle elle a lancé un crowfounding via la plateforme ULULE pour faire avancer le projet et prouver sa viabilité.

Pour un tel prototype, Voile au Travail a besoin de 40 000 € pour construire la plateforme.

  • Les 10 000 € correspondront à l’achat des gréements (mâts et voiles).
  • Si l’association parvient à 15 000 €, elle pourra acheter l’armement de sécurité et les armements pour la pêche.

Au-delà, le financement recueilli servira à la Recherche et Développement (R&D) d’une aile souple.

L’ensemble du projet LISTAO est à lire en détail sur le site de l’association Voile au Travail en cliquant ici.

Avec son lancement le 5 février, cette campagne de crowfounding devra atteindre son objectif avant le vendredi 13 avril, soit une campagne courte de 68 jours au total.
Elle a déjà réussi à récolter en 14 jours 2.339€, et espère donc un élan de solidarité pour faire aboutir ce projet et voir le LISTAO à flot dans les prochains mois.

Cet article, publié dans Culture, Marine Marchande, Pêche, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s