Pourquoi le Charles-de-Gaulle sera inutilisable entre 2016 et 2018

RENTREE AU BASSIN DU PA CHARLES DE GAULLE

Pendant 15 à 18 mois, la France va se retrouver sans porte-avions pour assurer une présence en mer. Explications.

Le porte-avions Charles-de-Gaulle va subir une révision complète d’ici deux ans. Le plus gros navire militaire européen et navire amiral de la Marine Nationale sera immobilisé pendant près d’un an et demi, de septembre 2016 à février 2018. Le coût de l’opération est estimé à 1,3 milliard d’euros par le ministère de la Défense. Le précédent arrêt technique majeur remonte à 2008. Le bâtiment doit connaître une période d’immobilisation de 15 à 18 mois tous les sept ans et demi, afin de changer ses cœurs nucléaires.

Ce deuxième arrêt technique majeur «sera particulièrement important puisqu’il s’agira de l’entretien à mi-vie du porte-avions», expliquent la présidente de la Commission de la Défense de l’Assemblée nationale, Patricia Adam, et la députée socialiste, Geneviève Gosselin-Fleury, dans le rapport de la commission sur la Loi de programmation militaire. Cette révision permettra d’adapter plus particulièrement le bâtiment à l’avion Rafale, en vue du retrait des avions Super-Étendard Modernisé. À l’issue de cette période, «le porte-avions sera en capacité de poursuivre son activité jusqu’à son retrait de service actif, programmé en 2041», ajoutent les deux élues. La construction d’un deuxième porte-avions aurait permis d’assurer une présence en mer permanente. Seulement, le projet a été abandonné en 2012.

Depuis sa mise à l’eau, le navire a connu une série de déboires: pont d’envol trop court, fuites dans le circuit de refroidissement des deux réacteurs atomiques… Lors de sa période d’essai en 2000, une pale de l’hélice bâbord s’était cassée alors que le navire croisait dans l’Atlantique. Début novembre, le bâtiment aurait connu un problème sur sa chaufferie nucléaire, selon l’hebdomadaire Challenges . Le bâtiment est rentré le 18 février 2014 d’une mission de trois mois dans l’océan Indien et le Golfe pour une «mission de présence opérationnelle», l’opération Bois Belleau. En service depuis le 18 mai 2001, le Charles-de-Gaulle compte un équipage de près de 2000 hommes et femmes et a déjà parcouru plus d’un million de kilomètres.

Cet article, publié dans Marine Nationale, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s