La pêche en zone Natura 2000 : mode d’emploi

Les gestionnaires de sites Natura 2000 doivent désormais suivre des principes communs pour prendre en compte la pêche, afin de garantir un traitement équitable d’un site à l’autre. Une des règles : associer tous les professionnels concernés. C’est ce que précise une circulaire du ministère chargé de l’Écologie, qui concerne les sites en mer comme littoraux, donc la pêche à pied comme embarquée. Objectif : des évaluations homogènes entre sites, une équité de traitement, une cohérence dans les mesures de gestion.

Le CNPMEM (Comité national des pêches et des élevages marins) souhaite aller encore plus loin avec une harmonisation des éventuelles mesures de gestion à l’échelle des façades maritimes. Il a tenu à ce que tous les pêcheurs concernés par une zone soient impliqués, y compris les pêcheurs étrangers et les Conseils consultatifs régionaux, mais il espère bien que les gestionnaires des zones britanniques, notamment, leur rendront la pareille !

Pour analyser les impacts des engins de pêche, là aussi les gestionnaires de sites disposent d’une méthode réalisée par le Museum national d’histoire naturelle en 2012 (elle a associé l’Agence des aires marines protégées, l’Ifremer et le Comité national des pêches maritimes).

Ce contenu a été publié dans Droit Maritime, Pêche, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire