skipper

Les professions maritimes sont aussi vastes que l’océan lui-même. En effet, lorsqu’on veut vivre de la mer, il existe une multitude de domaines dans lesquels évoluer. La première question est de savoir si l’on souhaite en vivre à terre, en mer, ou en zone contiguë (littoral, plage, port, chantier naval, etc.).

Continuer la lecture

Le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire a publié une fiche technique indiquant jusqu’où l’Etat accepte la pratique de la co-navigation en matière de plaisance, aussi bien à l’égard des propriétaires de navire que pour les visiteurs et vacanciers. Car en effet, en période estivale, les locations de navires de plaisance entre particuliers vont bon train malgré le manque de licéité dans ce domaine où les usages ont fait loi.

Continuer la lecture

La scène est cocasse et pourtant si courante : un voilier d’une dizaine de mètres cherchant à s’amarrer sur une place de port ou sur une bouée, un couple à bord, l’homme à la barre, la femme à la proue tenant une gaffe des deux mains, tremblante de peur, prête à appliquer les ordres de son capitaine de mari qui se transforme en grotesque tyran sans patience pendant la manœuvre.

Manu, un plaisancier au long cours qui publie ses aventures sur son blog « Manu et Martin autour du monde » (Martin étant le nom de son navire) a publié une histoire de ponton racontée au second degré mais qui résume exactement les situations où les chefs de bord manquent de sang froid et communiquent leur stresse aux équipiers :

Continuer la lecture

« Le capitaine sombre avec son navire » est un concept et une tradition maritime où le capitaine de navire détient la responsabilité ultime pour son bateau et ses passagers et mourra en essayant de les sauver. Il est étroitement lié à la pratique chevaleresque « les femmes et les enfants d’abord » apparu à l’occasion du naufrage du HMS Birkenhead en 1852.

Ce concept signifie littéralement que le capitaine, et de manière plus générique le chef de bord (applicable à la plaisance), sera la dernière personne à quitter le navire vivant avant son naufrage ou sa destruction, et s’il ne peut évacuer ses passagers ou son équipage, le capitaine n’évacuera pas non plus.

En droit maritime, abandonner son navire a des conséquences légales extrêmement lourdes.

Continuer la lecture