Témoignage : Mathilde, major de la promotion 2015-2016 de la PMM de Cannes

Mathilde

L’année scolaire 2015-2016 s’achève peu à peu, ce qui annonce également en parallèle la fin des Préparations Militaires Marines qui se déroulent sur les mêmes périodes, calées sur les dates de cours et de vacances scolaires pour mieux adapter l’assiduité des volontaires souhaitant découvrir le monde militaire et marin sans que cela ne les engage non plus outre mesure.

Comme chaque corps de l’armée française, la Marine Nationale propose différentes filières pour se faire connaître avant un susceptible engagement au service actif ou au sein de la réserve (citoyenne ou opérationnelle).
La Préparation Militaire Marine (PMM) est l’un des premiers contacts avec la Marine Nationale. Cette préparation se déroule donc entre septembre et juin, et se compose :

  • De 12 samedis ou dimanches (généralement un samedi sur deux) lors desquels les stagiaires reçoivent une formation générale, militaire et maritime et aux premiers secours,
  • Et d’un stage de 5 jours dans un port militaire (Toulon ou Brest en métropole par exemple) durant lesquels des visites des bâtiments de la Marine, de sémaphores et de bases de l’aéronautique navale sont au programme. Les stagiaires ont également la possibilité durant cette période bloquée de passer le permis côtier (navigation jusqu’à 6 milles d’un abri).

À Cannes, la promotion 2015-2016 de la Préparation Militaire Marine a compté dans ses rangs plus d’une quarantaine de stagiaires, la plupart issus du bassin cannois. Certains ont même fait l’effort de venir de Menton ou du Var, tant l’intérêt pour la matière est important.

Le major de promotion, Mathilde, a eu sur l’année une moyenne générale de 20/20. Elle a fait preuve d’une capacité d’adaptation et de compréhension exemplaire, et s’est vue remettre à ce titre plusieurs prix lors de la cérémonie de remise de brevets qui s’est déroulée sur le Port de Mandelieu-la-Napoule, en présence du Lieutenant de Vaisseau BORROD commandant le Chasseur de Mines Tripartite LYRE, bâtiment jumelé avec la PMM de Cannes. Fut également présent le Maire de Mandelieu Henri LEROY, l’Inspecteur d’Académie Michel-Jean FLOCH, et de nombreuses autres personnalités du monde militaire et civil.

Mathilde

Échanges avec Mathilde, 17 ans, en Terminal S à Grasse :

 

Pourquoi avoir fait une PMM, que cherchais-tu et qu’espérais-tu trouver ?

En faisant une PMM, je souhaitais voir l’armée de l’intérieur, et ne pas seulement me fier aux avis des autres. Je voulais me faire ma propre opinion, et savoir si cet environnement me plaisait, pour confirmer mon choix de carrière. Faire une préparation militaire permet de se rendre compte si la rigueur de l’armée est faite pour nous, ou si on contraire il serait plus compliqué de s’y adapter.

Par ailleurs, le CIRFA m’avait dit qu’une préparation militaire était valorisée sur un CV, que ce soit dans le civil ou dans l’armée. Sachant que je souhaitais déjà m’engager avant de faire ma PMM, je me suis dit que cette expérience ne pourrait être que bénéfique pour mon projet professionnel.

Pourquoi la Marine Nationale ?

En toute honnêteté, j’ai choisi de faire une préparation militaire dans la Marine Nationale un peu par hasard, parce que j’ignorais qu’il en existait dans les autres corps d’armée, et parce qu’elle était la seule à avoir fait le déplacement pour présenter sa PM dans mon lycée. Et puis finalement, il m’a semblé tout à fait logique que ce soit dans la Marine Nationale, puisque Cannes est une ville portuaire.

Quand je me suis intéressée de plus près aux cours dispensés par la Marine, je me suis rendue compte que cette préparation militaire serait pour moi une véritable chance de connaître un peu mieux un monde que je ne connaissais pas : le monde marin. Je n’ai absolument pas été déçue, et cette PMM m’a révélé une véritable passion pour la Marine Nationale.

Quels sont tes projets à l’avenir ? Quelle spécialité souhaites-tu exercer, et pourquoi ?

J’ai pour ambition de devenir météorologue-océanographe dans la Marine Nationale. J’ai toujours aimé faire des analyses, des observations, et les reporter oralement, ou à l’écrit, par des comptes-rendus. Mais j’aime aussi parler anglais, et j’aimerais avoir un poste à responsabilités, ce qui serait totalement le cas dans cette spécialité. Je trouve le métier de météorologue très complet, et associé à l’armée, il devient encore plus intéressant. J’ai aussi le sens de l’engagement, et j’aime l’esprit de camaraderie. Servir mon pays serait une véritable fierté pour moi, c’est pourquoi j’aimerais combiner cette envie à ce métier qui me plaît.

Quel est ton meilleur souvenir de la PMM ? Celui qui t’a le plus marqué.

J’ai beaucoup de très bons souvenirs de la PMM, il m’a donc fallut du temps avant de définir celui qui aura été le meilleur.

J’ai eu la chance de participer à un exercice RESEVAC en décembre, ce qui a été une expérience incroyable. Nous avons embarqué sur une Frégate Légère Furtive, et navigué quelques heures, pour aller de Hyères à Toulon. Nous avons pris au sérieux cet exercice, mais la bonne ambiance régnait toujours au sein de notre PMM.

Je me suis rendue compte pendant cette journée qu’un soldat n’est pas dans un premier lieu quelqu’un qui fait la guerre, mais c’est une personne qui cherche à protéger et sauver des personnes, à travers la prise en charge des ressortissants. Ce côté humanitaire de l’armée m’a vraiment touché.

À l’inverse, quel est ton plus mauvais souvenir, et pourquoi ?

Mon plus mauvais souvenir… C’est sans aucun doute à notre cérémonie de passation de fanion, quand il fallut qu’on chante l’hymne de la Marine… Résultats : pas de rythme, refrain en accéléré, un canon involontaire en 3 groupes au sein d’une seule PMM, des canards à ne plus s’arrêter… Un grand moment !

Que t’as apporté la PMM ?

La PMM a révélé en moi une vocation que j’ignorais pour la Marine, et a vraiment renforcé mon désir de m’engager. J’ai appris de nouvelles choses concernant le monde géopolitique actuel, j’ai pris conscience de la France au sein du monde.

Mais la PMM m’a permis de rencontrer des personnes formidables, avec lesquelles j’ai pu développer l’entre-aide (notamment pendant la séance d’aguerrissement lors de la période bloquée), la cohésion, le travail d’équipe. Lorsque quelqu’un était en difficulté, une autre personne était tout de suite là pour l’aider. On a appris à compter les uns sur les autres, et d’avoir totalement confiance mutuellement.

Et accessoirement, la PMM m’a permis, grâce à la réserve, d’avoir un job d’été, qui s’inscrit parfaitement dans mon projet professionnel (une FMIR).

Que pense ta famille de ton projet professionnel ?

Ma famille me supporte dans tous mes choix professionnels, même si au début, cela n’était pas évident.

Mon père voulait que je continue de faire des études dans le civil, et que je puisse avoir un autre diplôme que le baccalauréat. Mais après réflexion, nous avons convenu que j’aille à l’armée « directement » après le bac, et que la spécialité que je choisisse ait une possible reconversion dans le civil, si je venais à vouloir prendre ma retraite de l’armée.

Ma mère et mon père étant passés à un moment ou à un autre de leur vie à l’armée, m’ont raconté des anecdotes de ces années, et n’ont fait qu’accentuer mon envie d’y rentrer. Le fait qu’ils connaissent un peu ce milieu a probablement facilité leur acceptation de mon projet professionnel.

Quelles sont, selon toi, les 3 qualités principales que doit avoir un marin d’État ?

Selon moi, un marin d’État se doit d’être disponible, et prêt à n’importe quelle éventualité. Par exemple, lorsqu’on prévoit une sortie, mais que finalement elle est modifié (lieu, heure, activités…), il faut savoir rebondir, et rester flexible.

Être disponible, c’est aussi pour les marins risquer d’être appelés pour une mission alors qu’ils sont sur leurs lieux de vacances. J’ai le souvenir d’un de mes instructeurs, qui m’expliquait que l’armée l’avait rapatrié, pour embarquer 2 jours après pendant 4 mois, alors qu’il profitait de ses congés. Et si un marin est disponible, c’est qu’il preuve d’un véritable dévouement, envers la Marine Nationale et plus généralement envers la France.

Je pense aussi qu’un marin doit être volontaire. C’est à dire investit dans ce qu’il fait, ne pas prendre les choses à la légère, se donner à 100% à chaque fois : dans des tests, dans une mission, dans une épreuve sportive… Je pense que si la volonté venait à manquer à bord d’un navire, il serait compliquer de mener à bien une mission ; « le moral des troupes » en prendrait un coup. Mais si la détermination et l’envie de mener à bien une tâche étaient toujours présentes, alors je pense que l’effort serait moins pénible, et que cette mission aurait des conditions plus favorables pour être réussie.

Et un marin doit être sympathique avec ses camarades. Il doit faire preuve de cohésion, pour que ses camarades et lui même se serrent les coudes. J’ai vu durant ma période bloquée que lorsqu’on est avec ses amis, on oublie l’absence de sa famille. Sur un bâtiment embarqué, ce sentiment doit être quintuplé, et l’importance de se faire des amis proches parmi ses collègues devient vital.

Si vous souhaitez effectuer une Préparation Militaire Marine et découvrir la Marine Nationale, rapprochez-vous du CIRFA de votre région, que vous trouverez en cliquant sur ce lien.

Cet article, publié dans Marine Nationale, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s