Étiquette : voiliers

port-cassis

La Côte d’Azur, au sens (vraiment) très large, de Menton à Marseille, propose une offre d’escales très divers et variée. À ce titre, un classement de 47 ports a été dressé par Voile Magazine selon des critères relatifs aux services qui y sont proposés tels que :

• les tarifs en haute saison,
• le tirant d’eau moyen,
• l’accès facile aux places,
• l’abri du port face aux éléments,
• la possibilité de réserver pour plus de conforts,
• le nombre de douches, gratuites ou pas,
• le wifi, existant ou pas, payant ou pas,
• son environnement marin (port propre / pavillon bleu),
• la proximité des commerces,
• la proximité des restaurants,
• la proximité des shipchandlers,
• la proximité ou la présence d’une laverie,
• le charme général du lieu,
• et évidemment une note globale sur 100.

Et pour que ce classement soit complet, des remarques (positives ou négatives) apportent des détails sur l’endroit, comme par exemple la présence de longs travaux, de vélos électriques mis à disposition, une règlementation particulière, ou encore un vent pouvant perturber le sommeil.

Continuer la lecture

voile marseille
Crédit photo : Sport24-Le Figaro

La ville de Marseille a officiellement été désigné pour accueillir les épreuves de voile en cas d’obtention par Paris des Jeux Olympiques de 2024.
Elle était en concurrence avec Hyères et La Rochelle, Brest, Vannes, Le Havre.

Les sites ont été jugé selon six principaux critères:
– la qualité du plan d’eau,
– les infrastructures de la marina olympique,
– l’espace pour les spectateurs,
– le village olympique,
– l’accessibilité,
– la capacité d’accueil de la ville,
– l’adhésion de ses habitants.

«Le plan d’eau de Marseille est de très bonne qualité. Il y aura une marina exclusivement dédiée au sport de compétition et à la voile légère en particulier», a expliqué Jean-Pierre Champion, président de la Fédération française de voile et expert du comité d’évaluation.

Un autre critère a été pris en compte : l’héritage laissé par ce projet.

« La ville de Marseille n’est pas légitime pour accueillir les épreuves de Voile »

Continuer la lecture

Capture d’écran 2014-08-16 à 12.29.14

Les membres actifs de l’association Voiles-Aventures se sont mis au travail pour fournir et offrir un dictionnaire maritime digne de ce nom, un dictionnaire « qui a l’ambition de devenir une référence ».

« Les connaissances de plusieurs étant toujours plus importantes (quantitativement et qualitativement) que la connaissance d’un seul, c’est la contribution de chacun d’entre vous qui fera la pertinence de cet ouvrage de référence » peut-on lire sur le site Voiles-Aventures.com.

Aujourd’hui, il regroupe 1635 définitions et l’association en fait une première édition numérique téléchargeable.

Continuer la lecture

https://i2.wp.com/www.voile-labaule.com/images/club.jpg?w=1440

Pour de nombreux écoliers du littoral, les séances de voile scolaire ont débuté.
Cette activité coûte généralement aux centres nautiques plus d’argent qu’elle n’en rapporte.
Au centre nautique de Fouesnant-Cornouaille, le bilan de l’activité affiche 24 000 euros de déficit.
« Ce n’est pas nous qui définissons nos tarifs, explique Nicolas Trében, son directeur. Nous avons une convention avec la municipalité et le tarif est indexé sur les prix Insee de la consommation. Et, surtout, la voile scolaire est inscrite dans le projet associatif de la structure. »
Même constat à Loctudy. « Nous facturons une séance de voile scolaire 16 euros, alors qu’elle nous revient à plus de 20 euros, confie Jean-Christophe Gilat, le responsable du club. Une séance de voile, c’est l’amortissement des bateaux sur environ quatre ans, celui des bateaux de sécurité et des moteurs, la consommation d’essence et les charges salariales des moniteurs. »
Des charges plus élevées qu’en saison, car la législation impose trois bateaux sécurité pour 24 stagiaires, alors qu’en été la même séance est encadrée par un seul moniteur saisonnier.
Les séances, gratuites pour les enfants, sont donc facturées quasiment à moitié prix aux municipalité. Mais il n’y a pas de véritable grogne dans les clubs:
« On s’y retrouve à d’autres niveaux, expliquent les deux directeurs. Les mairies mettent à notre disposition des équipements avec des loyers défiant toute concurrence, les collectivités nous aident dans nos investissements, c’est un échange de bons procédés.« 

https://i1.wp.com/www.st-barths.com/uploads/images/Les-Voiles-de-Saint-Barth-2102.jpg?resize=558%2C364

Pour cette 3ème édition des Voiles de Saint-Barth, 800 marins et 65 bateaux s’étaient donné rendez-vous sur la célèbre petite île française début avril.
Skippers pros et amateurs se sont affrontés sur les spectaculaires TP52 (Vesper), une dizaine de maxi-yachts (Nilaya, plan Reichel-Pugh de 143 pieds, le sublime plan Hoek Firefly ou encore Rambler 90, qui s’impose dans sa classe), des multicoques comme Paradox ou des yachts classiques (le plan Stephens Dorade), et une quarantaine d’unités de course, régate et croisière allant du VOR60 au First 31,7. Alizés, sportivité et convivialité: voila sans doute la recette d’un succès désormais pérenne.

Le procès de six Somaliens accusés d'avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l'équipage français du voilier Le Ponant s'ouvrira mardi matin aux assises de Paris.Le procès de six Somaliens accusés d’avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l’équipage français du voilier Le Ponant s’ouvrira mardi matin aux assises de Paris.

Le procès de six Somaliens accusés d’avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l’équipage français du voilier Le Ponant s’ouvrira mardi matin aux assises de Paris.
Les accusés, âgés de 25 à 50 ans, sont poursuivis pour enlèvement et séquestration ainsi que vol en bande organisée, faits passibles de la réclusion criminelle à perpétuité.

Tous ont été interpellés à terre, et un seul reconnaît être un pirate. Deux autres reconnaissent être montés à bord mais affirment qu’ils ne faisaient qu’approvisionner les pirates en chèvres, cigarettes ou khat. Trois réfutent avoir jamais mis les pieds sur le voilier.

Continuer la lecture


En 2005, l’Assemblée de Corse approuve et met en place le Plan de développement du nautisme de la Corse. En 2010, la même Assemblée de Corse approuve la création de Cap Nautic, un pôle d’excellence corse dédié au nautisme et à la plaisance. Une de ses premières ambitions : accroître la capacité d’accueil des ports 
insulaires tout en préservant la qualité environnementale des côtes.

Entre temps et depuis, soutenus et accompagnés par la Collectivité de Corse, via l’ADEC, l’ATC et l’OEC, les acteurs du nautisme et de la plaisance font vivre ce secteur, vecteur de développement, d’activités et d’emplois.

Continuer la lecture

https://i2.wp.com/i13.servimg.com/u/f13/09/01/47/61/le_sed10.jpg?w=1440

Le navire-école russe Sedov, le plus gros voilier du monde, entamera un tour du monde dimanche 20 mai, a annoncé mardi à RIA Novosti Andreï Kraïni, chef de l’Agence russe pour la pêche.
« Le 20 mai, notre voilier Sedov, qui est le plus gros du monde, quittera le quai Lieutenant Schmidt à Saint-Pétersbourg pour faire le tour du monde », a indiqué le responsable en ajoutant qu’il s’agissait pour le voilier du premier voyage de ce genre, le navire devant regagner Saint-Pétersbourg le 20 juillet 2013.

Le tour du monde, qui se fera sous le pavillon de la Société géographique russe, est consacré au 1150e anniversaire de la naissance de l’Etat russe.
Le voilier traversera les eaux de cinq océans et couvrira, en 14 mois de sa navigation, plus de 45.000 milles marins.

Le chantier AFEP Marine lance la construction d’un voilier de plaisance de 22 pieds dérivé du Magnum de David Raison.

Avec un bateau à fond plat et à étrave arrondie, la victoire de David Raison sur la mini-transat 2011 a prouvé que les frontières de la navigation de plaisance pouvaient à nouveau être repoussées.

Continuer la lecture