Étiquette : voile

Les professions maritimes sont aussi vastes que l’océan lui-même. En effet, lorsqu’on veut vivre de la mer, il existe une multitude de domaines dans lesquels évoluer. La première question est de savoir si l’on souhaite en vivre à terre, en mer, ou en zone contiguë (littoral, plage, port, chantier naval, etc.).

Continuer la lecture

Le moteur de votre navire est en panne ? Votre voile est défectueuse ? Des travaux sous la coque à effectuer pendant le carénage ? Des haubans à remplacer ? Une embase à réparer ?

La Chambre des Métiers et de l’Artisanat de la région PACA a sorti une application gratuite, simple et personnalisée à destination des plaisanciers, et propose de disposer des coordonnées de l’ensemble des professionnels du nautisme, des ports et des capitaineries de la région Sud-Est : RIVIERA PRO.

Continuer la lecture

Voiles Aventures

Qui veut aller loin ménage sa monture. Planifier est essentiel pour vous assurer des vacances à la voile réussies, et l’avitaillement en fait évidemment partie. L’avitaillement pour une croisière peut s’avérer compliqué à effectuer et très chronophage, c’est pourquoi il est primordial de bien le planifier en amont :

Continuer la lecture

Le terme de « randonnée » est-il bien choisi pour cette épreuve aussi rude que sauvage ?

Librement inspirée de la Race To Alaska, il n’y a que le concept qui est simple : 750 milles à parcourir, peu importe l’embarcation, mais sans moteur, sans assistance, en solo ou en équipage mixte (au moins un homme et une femme), sans descente à terre ni amarrage, en deux étapes séparées par un arrêt obligatoire de 12 heures minimum et maximum, sans rien à gagner (contrairement à la Race to Alaska où le vainqueur remporte 10 000 dollars, le deuxième un lot de couteaux à steaks).

Comme la course américaine (qui rallie l’Etat de Washington à l’Alaska) n’a pas son équivalent en Europe, Hervé Nougier, a lancé l’idée d’en créer une en novembre 2017 peu avant le Nautic de Paris. L’édition aura lieu le 01 juillet 2018 et le 31 août 2018.

Continuer la lecture

Il ne s’agit pas ici d’un énième article sur le transport à la voile qui se (re)démocratise peu à peu, mais d’un véritable projet sociétal de transformation et de nouvelle approche sur la navigation professionnelle et de la propulsion des navires de la Marine Marchande.

Nous connaissons TOWT (TRANSOCEANIC WIND TRANSPORT) engagée dans le transport de marchandises bio à la voile, la société Neoline et son cargo à gréement duplex, les prototypes de navires électriques, les portes-conteneurs hybrides, mais ces entreprises agissent à plus grande échelle (au niveau des routes maritimes ou du volume exploité).

Pourquoi ne pas s’engager également au profit de la pêche, du fret à plus petit format, aux opérations scientifiques, ou aux activités du nautisme ?

Continuer la lecture

Peut-être l’événement le plus insolite de l’hiver, la station de ski Le Corbier du domaine des Sybelles en Savoie, organise pour la seconde fois une course d’Optimist sur son domaine skiable. La station s’animera aux couleurs de la Bretagne et de la Normandie durant toute une semaine, avec, en plus des marins et des régatiers, un orchestre breton et des denrées iodées. Tout le folklore de l’océan sera importé à 1550 mètres d’altitude, en partenariat avec la ville de Saint-Malo et la baie du mont Saint-Michel.

Continuer la lecture

Nomade Voile est une école de voile et de croisière hauturière basée à La Rochelle qui propose des stages de voile à la demi-journée, journée, week-end ou semaine.

À partir du 09 septembre 2017, Nomade Voile part pour un grand voyage de formations sur 3 ans divisées en une cinquantaine de stages : Antilles, Polynésie Française, Chili, Argentine, Uruguay, Brésil ou encore Etats-Unis, cette école de formation n’a aucune frontière et permet, au travers de ce concept d’école itinérante, d’adapter la formation à la navigation au type de zone que l’on souhaite appréhender.

Et au-delà d’être une école de croisière, Nomade Voile forme également sur la toile, grâce à sa chaîne YouTube sur laquelle elle publie des vidéos sur l’équipement, l’installation et autres techniques à connaître sur le bord et sur la navigation.

Continuer la lecture

Organisée par le Bural en partenariat avec le Cercle Nautique de Marseille (CNTL) au Vieux Port, l’Hydro’s Cup se déroulera sur trois jours les 28, 29 et 30 avril 2017.

Plusieurs stands sont disponibles pendant l’événement : une exposition mise en place par la fédération du Mérite Maritime, un stand de la SNSM, une présentation du projet ‘AU RAD’LÔ‘, ainsi que des animations pour les plus jeunes.

Cette régate rassemble chaque année des étudiants de Marseille et d’ailleurs, des professionnels du milieu maritime et bien entendu tous ceux qui veulent y participer sont les bienvenus !

Continuer la lecture

Sa date, relativement récente, ne doit pas laisser penser que les marins, parfois suspectés d’être jaloux de leur spécificité, se sont fabriqué un texte sur mesure.
En effet, ce décret, dont les dispositions sont, en pratique, déjà toutes contenues dans « l’ordonnance de Louis XIV pour les Armées navales et arcenaux de la Marine » de 1689, n’est que la dernière des adaptations successives rendues nécessaires par les changements de régimes et l’évolution technique des bâtiments de guerre : ordonnance du 31 octobre 1827, décrets du 15 août 1851, du 20 mai 1868, du 20 mai 1885, du 22 juin 1909 et du 18 février 1928.

Ce décret de 1975 – communément appelé décret sur les honneurs – est complété par une instruction d’application de l’état-major de la Marine (1, voir au bas de l’article) qui définit les modalités pratiques d’exécution et, dans le souci de s’en tenir strictement à ce qui est réellement traditionnel, fixe très précisément les limites de ce cérémonial :

Continuer la lecture

port-cassis

La Côte d’Azur, au sens (vraiment) très large, de Menton à Marseille, propose une offre d’escales très divers et variée. À ce titre, un classement de 47 ports a été dressé par Voile Magazine selon des critères relatifs aux services qui y sont proposés tels que :

• les tarifs en haute saison,
• le tirant d’eau moyen,
• l’accès facile aux places,
• l’abri du port face aux éléments,
• la possibilité de réserver pour plus de conforts,
• le nombre de douches, gratuites ou pas,
• le wifi, existant ou pas, payant ou pas,
• son environnement marin (port propre / pavillon bleu),
• la proximité des commerces,
• la proximité des restaurants,
• la proximité des shipchandlers,
• la proximité ou la présence d’une laverie,
• le charme général du lieu,
• et évidemment une note globale sur 100.

Et pour que ce classement soit complet, des remarques (positives ou négatives) apportent des détails sur l’endroit, comme par exemple la présence de longs travaux, de vélos électriques mis à disposition, une règlementation particulière, ou encore un vent pouvant perturber le sommeil.

Continuer la lecture