Étiquette : politique

La Fédération des Industries Nautiques s’est réunie le 22 mars 2017 pour rendre public un plan de développement du nautisme et de la plaisance dans l’espoir d’instaurer une orientation stratégique pour que la France retrouve son rayonnement nautique. C’est donc un débat politique qu’elle a organisé, dans la perspective de la prochaine élection présidentielle.

Ce projet est construit autour de 5 enjeux :

Continuer la lecture

ob_68b01b_drone-cargo-rolls-royce

S’il y a un domaine dans lequel les mots ont un sens, c’est bien le droit. En octobre 2015, le député Arnaud LEROY a présenté à l’Assemblée Nationale un amendement visant à remplacer titres et termes au sein du Code des transports, et simplifier ainsi l’administration maritime relative au fonctionnement des navires et à la gestion des équipages.

Un processus de concertation a eu lieu lors des auditions réalisées à l’Assemblée Nationale dans le cadre de la préparation du rapport sur le projet de loi pour l’économie bleue.
Pour Arnaud LEROY, il apparaît aujourd’hui nécessaire de faire évoluer la notion de rôle d’équipage, aux contours flous, mal définie par les textes, et inadaptée aux réalités.
« Un travail de simplification administrative, qui doit être bénéfique à tous les acteurs du monde maritime, est aujourd’hui nécessaire« .

Continuer la lecture

11049

Par cette phrase signée Jean-Marie BIETTE, l’auteur de « La mer est l’avenir de la France » (édition l’Archipel) analyse avec précision le désintérêt quasi-total des hommes et femmes politiques pour le monde maritime et tout ce qui s’en rattache.

À part quelques exceptions, les politiques français n’ont pas conscience, ni des enjeux maritimes de leur pays, ni de leur incontournable potentiel de développement économique et environnemental, et il l’explique très bien. Gouvernement après gouvernement depuis François Mitterrand, Jean-Marie BIETTE revient sur les positions prises par les candidats aux élections présidentielles, les ministres chargés des questions maritimes, ou les responsables politiques pouvant faire peser la mer dans la balance, positions « qui n’ont gère changé le cours des choses ni le cap maritime de la France« .

Continuer la lecture

carré

« La mer est l’avenir de la France ». Voilà une affirmation qui tombe sous le sens pour tous les acteurs de l’économie maritime, mais malheureusement moins pour les décideurs politiques.

Pourtant, ce n’est pas faute de répéter quelle est la place de la France sur le plan maritime.
Deuxième géant maritime mondial avec ses 11 millions de km2 de surface maritime, à quasi égalité avec les États-Unis. En additionnant ses territoires marins avec ses territoires terrestres, la France à elle seule est plus grande que l’Europe entière.

Continuer la lecture

villaroisaoudien

La famille royale saoudienne, qui a prévu de venir passer du bon temps en France, sur la Côte d’Azur, dans sa villa de Vallauris, a tout naturellement fait entreprendre des travaux sur la plage qui jouxte celle-ci.

Les travaux en question : installation de clôtures sur la plage publique de la ville, dalles de bétons coulées, dépôt d’une grille sous le tunnel qui permet d’accéder à ce lieu de baignade, dans le seul et unique but d’en empêcher l’accès au public et de s’approprier le lieu à titre personnel.
Un baigneur a également aperçu les employés en train de descendre des échafaudages.

Continuer la lecture

Capture d’écran 2014-09-15 à 16.30.18

Le Sanctuaire Pélagos est un espace maritime de 87 500 km² faisant l’objet d’un accord entre l’Italie, Monaco et la France pour la protection des mammifères marins qui le fréquentent.

Avez-vous déjà navigué dans cette zone ? Avez-vous déjà fait une traversée du continent jusqu’en Corse ? Avez-vous déjà simplement navigué le long du littoral azuréen ?

Continuer la lecture

1516064600

Entre le Mali et la Centrafrique, il ne faut surtout pas oublier la sécurité maritime dans le golfe de Guinée, une zone de turbulences et de vigilance. Pas qu’elle ait un lien direct avec les deux opérations françaises en cours mais parce qu’elle touche clairement aux intérêts économiques et donc stratégiques de la France. Et aux trafics en tout genre.

En pleine visite au Tchad, en Centrafrique et au Congo, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a rappelé la donne maritime à Pointe-Noire 10 février 2014.

Continuer la lecture

piraterie

Pour l’heure, seuls les militaires peuvent légalement déployer des équipes de protection sur les navires de commerce battant pavillon français.

Les armateurs français s’inquiètent d’un possible retard de l’examen, au parlement, du projet de loi visant à autoriser l’embarquement de gardes privés sur les navires de commerce battant pavillon tricolore. Alors que 70 navires immatriculés en France travaillent ou sont susceptible de transiter au nord de l’océan Indien, où sévissent les pirates somaliens, il ne leur est pas permis, pour le moment, d’accueillir des équipes armées fournies  par des sociétés de protection privée. Seuls les militaires peuvent aujourd’hui, légalement, défendre la flotte marchande française. Depuis la fin des années 2000 et l’exposition du nombre d’attaques au large de la Somalie, la Marine nationale mobilise la force des fusiliers-marins et commandos, qui embarquent sous forme d’équipes de protection embarquée sur les navires de commerce, de pêche ou de croisière fréquentant cette zone. Toutefois, malgré les efforts consentis, il n’est pas toujours possible d’embarquer une EPE militaire (équipe de protection embarquée), notamment pour des questions logistiques ou opérationnelles. Au final, la marine ne peut répondre à environ 30% des demandes de protection formulées par les compagnies.

Continuer la lecture

607261_0203016226275_web_tete Durant la 9ème édition des Assises de l’Économie de la Mer à Montpellier et à Sète le 3 et 4 décembre 2013, les grands acteurs et décideurs du monde maritime avaient la parole pour exposer leurs activités, politiques et visions d’avenir.

Parmi ces grands acteurs, Patrick Boissier, PDG de DCNS (entreprise française intervenant dans l’armement naval et l’énergie et principal fournisseur de la Marine Nationale) ne s’est pas privé d’exprimer son analyse sur la politique maritime globale du gouvernement, qui lui a valu de longs applaudissements de la part de l’assemblée.

Interrogé sur le décalage entre les enjeux maritimes français et la politique menée, voici sa réponse :

Continuer la lecture