pirate (Page 2)

1516064600

Entre le Mali et la Centrafrique, il ne faut surtout pas oublier la sécurité maritime dans le golfe de Guinée, une zone de turbulences et de vigilance. Pas qu’elle ait un lien direct avec les deux opérations françaises en cours mais parce qu’elle touche clairement aux intérêts économiques et donc stratégiques de la France. Et aux trafics en tout genre.

En pleine visite au Tchad, en Centrafrique et au Congo, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a rappelé la donne maritime à Pointe-Noire 10 février 2014.

Continuer la lecture

1

D’abord, il y a eu le Nigeria. Des attaques violentes menées à terre et en mer, des marins enlevés sur le quai de Port Harcourt, capitale pétrolière du pays, des navires offshore mitraillés et parfois pris d’assaut. Depuis une dizaine d’années, l’industrie pétrolière et ses sous-traitants, dont font partie les flottes de navires marchands, font face à une nette recrudescence des attaques devant le delta du Niger, carrefour du trafic de ravitaillement des plateformes et de chargement des pétroliers.

Continuer la lecture

piraterie

Pour l’heure, seuls les militaires peuvent légalement déployer des équipes de protection sur les navires de commerce battant pavillon français.

Les armateurs français s’inquiètent d’un possible retard de l’examen, au parlement, du projet de loi visant à autoriser l’embarquement de gardes privés sur les navires de commerce battant pavillon tricolore. Alors que 70 navires immatriculés en France travaillent ou sont susceptible de transiter au nord de l’océan Indien, où sévissent les pirates somaliens, il ne leur est pas permis, pour le moment, d’accueillir des équipes armées fournies  par des sociétés de protection privée. Seuls les militaires peuvent aujourd’hui, légalement, défendre la flotte marchande française. Depuis la fin des années 2000 et l’exposition du nombre d’attaques au large de la Somalie, la Marine nationale mobilise la force des fusiliers-marins et commandos, qui embarquent sous forme d’équipes de protection embarquée sur les navires de commerce, de pêche ou de croisière fréquentant cette zone. Toutefois, malgré les efforts consentis, il n’est pas toujours possible d’embarquer une EPE militaire (équipe de protection embarquée), notamment pour des questions logistiques ou opérationnelles. Au final, la marine ne peut répondre à environ 30% des demandes de protection formulées par les compagnies.

Continuer la lecture

pirate

Selon le Bureau Maritime International, basé à Kuala Lumpur, le nombre d’actes attribués aux pirates somaliens (uniquement) est tombé à 15 en 2013, contre 75 en 2012 et 237 en 2011, année record. C’est le résultat le plus bas depuis 2006 (10 attaques), dû à la fois à la présence de gardes armés à bord (que la France s’apprête à autoriser sous son pavillon) et de navires militaires dans le golfe d’Aden.

Continuer la lecture

Portrait: Le défenseur des animaux marins, partisan des méthodes musclées, est incarcéré depuis lundi en Allemagne en vertu d’un vieux conflit avec le Costa Rica.

Le capitaine reste aux fers. Depuis lundi, Paul Watson, le leader de la Sea Shepherd Conservation Society, qui se bat pour la vie marine, est emprisonné en Allemagne. Auditionné hier par un juge, il reste en prison en attendant une décision, qui doit tomber au plus tard demain. Il risque l’extradition vers le Costa Rica. Paul Watson a été arrêté, dimanche, à l’aéroport de Francfort, en Allemagne, alors qu’il se rendait en France pour la sortie de son livre (1). «Dans nos efforts pour défendre les baleines, les dauphins ou les requins, nous nous sommes fait des ennemis très puissants», a-t-il déclaré hier depuis sa prison. Il a reçu le soutien de Daniel Cohn-Bendit, José Bové, et même de sa vieille amie Brigitte Bardot. «Je conteste énergiquement le fait que cet homme courageux soit mis en prison pour une protection de requins en 2002», a-t-elle fait savoir.

Continuer la lecture

https://i0.wp.com/www.armyrecognition.com/images/stories/news/2009/january/French_Army_soldiers_Commandos_from_the_Floreal_%20French_frigate_arrest_Somali_pirates_001.jpg?resize=563%2C402

Après deux années de forte croissance en terme de nombre d’attaques de pirates sur des navires marchands, la tendance est à la baisse sur les quatre premiers mois de l’année 2012.
« Seulement » 27 attaques contre 91 l’an passé durant la même période, soit 70% de baisse.
Ceci est dû au renforcement de la présence des navires de guerre européens (EUNAVFOR), mais aussi iraniens, russes, indiens et américains sur zone.
De plus, l’autorisation d’embraquer des gardes armés à bord a aussi induit une forte diminution (66%) de la réussite de ces attaques.

Continuer la lecture

Le procès de six Somaliens accusés d'avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l'équipage français du voilier Le Ponant s'ouvrira mardi matin aux assises de Paris.Le procès de six Somaliens accusés d’avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l’équipage français du voilier Le Ponant s’ouvrira mardi matin aux assises de Paris.

Le procès de six Somaliens accusés d’avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l’équipage français du voilier Le Ponant s’ouvrira mardi matin aux assises de Paris.
Les accusés, âgés de 25 à 50 ans, sont poursuivis pour enlèvement et séquestration ainsi que vol en bande organisée, faits passibles de la réclusion criminelle à perpétuité.

Tous ont été interpellés à terre, et un seul reconnaît être un pirate. Deux autres reconnaissent être montés à bord mais affirment qu’ils ne faisaient qu’approvisionner les pirates en chèvres, cigarettes ou khat. Trois réfutent avoir jamais mis les pieds sur le voilier.

Continuer la lecture