charles de gaulle

Le ministère français des affaires étrangères a annoncé en janvier 2020 avoir créé une nouvelle mission de surveillance maritime dans le Golfe et le détroit d’Ormuz en partenariat avec plusieurs pays de l’Union Européenne suite à l’augmentation de l’insécurité et de l’instabilité croissante en 2019 dans cette région du globe.

Cette mission, baptisée EMASOH (pour European-led Maritime Awareness mission in the Strait Of Hormuz) débutera fin janvier aura pour objet de garantir la liberté de navigation dans le golfe Arabo-Persique tout en protégeant les intérêts économiques européens et internationaux. Elle ne vise aucun État particulier, mais cherche à assurer la stabilité de la région.

Continuer la lecture

Sa date, relativement récente, ne doit pas laisser penser que les marins, parfois suspectés d’être jaloux de leur spécificité, se sont fabriqué un texte sur mesure.
En effet, ce décret, dont les dispositions sont, en pratique, déjà toutes contenues dans « l’ordonnance de Louis XIV pour les Armées navales et arcenaux de la Marine » de 1689, n’est que la dernière des adaptations successives rendues nécessaires par les changements de régimes et l’évolution technique des bâtiments de guerre : ordonnance du 31 octobre 1827, décrets du 15 août 1851, du 20 mai 1868, du 20 mai 1885, du 22 juin 1909 et du 18 février 1928.

Ce décret de 1975 – communément appelé décret sur les honneurs – est complété par une instruction d’application de l’état-major de la Marine (1, voir au bas de l’article) qui définit les modalités pratiques d’exécution et, dans le souci de s’en tenir strictement à ce qui est réellement traditionnel, fixe très précisément les limites de ce cérémonial :

Continuer la lecture