Étiquette : CCI NCA

En raison des mesures sanitaires s’appliquant sur l’ensemble du territoire français, la Métropole Nice Côte d’Azur a décidé vendredi 13 mars de fermer l’accès à ses 8 ports, à savoir les ports de Nice, Cros de Cagnes, Saint-Laurent du Var, Beaulieu Plaisance, Beaulieu Fourmis, Èze, Saint-Jean Cap Ferrat et Cap d’Ail.

Continuer la lecture

Le réseau Riviera Ports regroupe les 5 ports maritimes que la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nice Côte d’Azur a en gestion : le vieux port de Cannes, le port de Golfe-Juan, le port Gallice d’Antibes, le port Vauban d’Antibes et le port de Nice.

Dès le mois de février, la CCI et le réseau Riviera Ports s’affairent pour recruter le personnel qui renforcera les équipes portuaires pour la saison estivale et faire fasse à la forte hausse des activités. Ces saisonniers seront chargés d’accueillir et de renseigner une clientèle internationale (plaisanciers, croisiéristes, passagers ferry et usagers des parkings).

Continuer la lecture

Le port Vauban d’Antibes est le plus important port de plaisance en terme de tonnage de la Méditerranée.
D’une superficie de 46 Hectares dont 32 Hectares de plan d’eau, il peut accueillir 1650 unités de plaisance de 4,50 mètres à 170 mètres de longueur et fonctionne toute l’année 24h/24h.

Afin de renforcer l’équipe technique du port, la SAS Vauban 21 recherche à pourvoir dès que possible deux postes :

Continuer la lecture

Aujourd’hui, les ports sont devenus de véritables moteurs de développement pour leurs territoires, vu le nombre de métiers, le nombre d’activités et les retombées économiques que génère chaque port. Développer les activités portuaires, c’est développer l’emploi à la fois pour ceux qui travaillent au sein du port, mais aussi pour ceux qui en bénéficient par extension. Un port qui travaille, c’est donc un port qui éclabousse économiquement son territoire.

C’est donc en partant de ce constat que le projet Blue Connect initié par la Direction des Ports de la CCI Nice Côte d’Azur, base son action pour connecter les entreprises  du bassin méditerranéen (France et Italie en incluant la Corse et la Sardaigne) aux marchés maritimes à fort potentiel dans les domaines de la Plaisance et du Yachting, de la Logistique et de l’activité Croisières et Ferries et les aider à se développer dans l’économie bleue des ports et des zones portuaires.

En ce sens, Blue Connect a lancé en avril 2018 un Appel à Manifestation d’Intérêt co-financé par l’Union Européenne dans le cadre du programme Maritimmo 2014-2020.

Continuer la lecture

36 de 40 exploitants portuaires recensés dans les Alpes-Maritimes ont contribué à l’enquête mise en place dans le cadre du projet européen BlueConnect sur une zone transfrontalière regroupant 299 ports de la Sardaigne, la Ligurie, la Toscane, la Corse, le Var et les Alpes-Maritimes.

Avec une participation globale de 90% sur l’ensemble de la zone, le succès est évident et confirme donc son utilité : dresser un état des lieux des besoins de la filière, détecter les opportunités de croissance et d’innovation, et enfin, accompagner les TPE PME intervenant sur ces marchés.

Continuer la lecture

Blue Connect est un programme européen déployé sur une zone de coopération transfrontalière franco-italienne constituée du Var, des Alpes-Maritimes, de la Corse, de la Sardaigne, de la Ligurie et de la Toscane.

Sa finalité est de soutenir le développement de l’économie « bleue ».

Sur la base de données socio-économiques récoltées grâce à une plateforme-observatoire, les besoins de la filière maritime, nautique et portuaire sont recensés puis analysés afin de connecter les petites et moyennes entreprises de la zone aux besoins du marché et leur offrir des perspectives d’innovation et de croissance. La phase de collecte qui vient de s’achever a permis de recueillir des données auprès de 74% des ports sollicités, soit 235 unités au total.

Et comme 39 autres ports du département, le port de Nice a été interrogé durant l’été 2017 sur ses activités maritimes, nautiques et portuaires, ses besoins, ses pistes d’innovation dans le cadre de ce projet Blue Connect.

Continuer la lecture

Le réseau RIVIERA PORTS de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nice Côte d’Azur, gérant les principaux ports de la Côte d’Azur (Villefranche sur Mer, Nice, Port Vauban d’Antibes, port Gallice d’Antibes à partir du 1er janvier 2018, Golfe-Juan, et le Vieux Port de Cannes) a publié courant mois de juin 2017 son rapport d’activité 2017 sur sa politique d’intégration et de gestion portuaire.

Particulièrement instructif, le rapport détaille comment la Direction des Ports dirige, administre et manage ses structures en étant à la fois un établissement public, une institution démocratique et une entreprise de services. En ayant la charge de diriger six grands ports du département des Alpes-Maritimes, la CCI NCA prouve combien sa stratégie de gestion est efficace et combien celle-ci a permis de conforter la confiance des collectivités du département au réseau RIVIERA PORTS à lui concéder ses équipements publics.

Continuer la lecture

Parce-qu’un port est une porte de sortie, mais avant tout une porte d’entrée sur un territoire, il n’existe pas d’économie maritime sans structure d’accueil. On a tendance à l’oublier, ou à ne pas s’en rendre compte, mais un port est l’un des principaux leviers économiques d’une façade maritime. Les fréquentations d’un port font de lui un vecteur d’emplois grâce à ses navires de plaisance et de commerce. Le tourisme représente une grande part de la croissance bleue, mais le yachting, la croisière, les ferrys et autres navires de commerce (cimentiers, cargos, rouliers, etc) sont autant d’activités qui génèrent d’importantes retombées.

Ainsi, on ne peut sonder les éléments de la croissance bleue sans structure portuaire, qui est à l’origine et l’aboutissement d’une activité maritime.

C’est la raison pour laquelle l’Observatoire Portuaire a été créé à l’initiative de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nice Côte d’Azur, avec le soutien de la région PACA, du département des Alpes-Maritimes et de la métropole Nice Côte d’Azur.
Car en effet, de Monaco à Marseille (et en particulier sur le territoire des Alpes-Maritimes), les activités maritimes et touristiques sont telles qu’il était devenu indispensable de mesurer le poids de l’économie maritime, quelque soit l’échelle, pour mieux se rendre compte du potentiel du territoire et mieux orienter les investissements à effectuer.

Continuer la lecture