catamaran

Le terme de « randonnée » est-il bien choisi pour cette épreuve aussi rude que sauvage ?

Librement inspirée de la Race To Alaska, il n’y a que le concept qui est simple : 750 milles à parcourir, peu importe l’embarcation, mais sans moteur, sans assistance, en solo ou en équipage mixte (au moins un homme et une femme), sans descente à terre ni amarrage, en deux étapes séparées par un arrêt obligatoire de 12 heures minimum et maximum, sans rien à gagner (contrairement à la Race to Alaska où le vainqueur remporte 10 000 dollars, le deuxième un lot de couteaux à steaks).

Comme la course américaine (qui rallie l’Etat de Washington à l’Alaska) n’a pas son équivalent en Europe, Hervé Nougier, a lancé l’idée d’en créer une en novembre 2017 peu avant le Nautic de Paris. L’édition aura lieu le 01 juillet 2018 et le 31 août 2018.

Continuer la lecture

Il ne s’agit pas ici d’un énième article sur le transport à la voile qui se (re)démocratise peu à peu, mais d’un véritable projet sociétal de transformation et de nouvelle approche sur la navigation professionnelle et de la propulsion des navires de la Marine Marchande.

Nous connaissons TOWT (TRANSOCEANIC WIND TRANSPORT) engagée dans le transport de marchandises bio à la voile, la société Neoline et son cargo à gréement duplex, les prototypes de navires électriques, les portes-conteneurs hybrides, mais ces entreprises agissent à plus grande échelle (au niveau des routes maritimes ou du volume exploité).

Pourquoi ne pas s’engager également au profit de la pêche, du fret à plus petit format, aux opérations scientifiques, ou aux activités du nautisme ?

Continuer la lecture

Capture d’écran 2016-01-26 à 14.14.54

Si l’application SKIPPER n’existait pas, il fallait l’inventer : réunir tous les outils pratiques et indispensables à la navigation dans une seule et même application, c’est non seulement un gain de temps considérable pour accéder aux informations nécessaires avant et pendant la navigation (météo, GPS, plan de route, journal de bord), mais c’est surtout la fin de l’encombrement des applications accessoires qui s’accumulent sur le téléphone.

L’application ne remplacera jamais les appareils de navigation qui doivent obligatoirement se trouver à bord du navire (comme le loch ou la VHF par exemple), mais lorsqu’on navigue en plaisance, que nous sortons à la journée, que ne faisons du cabotage, ou même des sports de glisse (Kayak, Kite Surf, Catamaran, Planche à voile, dériveur, etc), l’application peut largement se suffire à elle-même, car elle permet d’indiquer :

Continuer la lecture

Shamlor, dessiné par le jeune architecte Axel de Beaufort, allie le confort d’un luxueux yacht et les performances d’un bateau de course sans concession


THIERRY SERAY – Axel de Beaufort: «On a mis tout ce que l’on a appris en course au large depuis dix ans dans un bateau de croisière».

Aller en Corse en six heures, en déboulant à 18 noeuds sous spi, tout en servant un bon repas dans le cockpit à ses invités. La carte postale fait rêver. C’est pour ce genre de programme qu’a été dessiné Shamlor, un bateau tout en carbone dont la carène reprend les caractéristiques d’un VOR 70 et dont l’intérieur n’a pas grand chose à envier aux plus beaux bateaux de croisière.

Continuer la lecture

Le procès de six Somaliens accusés d'avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l'équipage français du voilier Le Ponant s'ouvrira mardi matin aux assises de Paris.Le procès de six Somaliens accusés d’avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l’équipage français du voilier Le Ponant s’ouvrira mardi matin aux assises de Paris.

Le procès de six Somaliens accusés d’avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l’équipage français du voilier Le Ponant s’ouvrira mardi matin aux assises de Paris.
Les accusés, âgés de 25 à 50 ans, sont poursuivis pour enlèvement et séquestration ainsi que vol en bande organisée, faits passibles de la réclusion criminelle à perpétuité.

Tous ont été interpellés à terre, et un seul reconnaît être un pirate. Deux autres reconnaissent être montés à bord mais affirment qu’ils ne faisaient qu’approvisionner les pirates en chèvres, cigarettes ou khat. Trois réfutent avoir jamais mis les pieds sur le voilier.

Continuer la lecture