Étiquette : bretagne

L’Almanach du Marin Breton regroupe toutes les informations nautiques indispensables à la navigation : marées, météo, livre des phares et feux, cartes des courants, Ripam, radionavigation, textes officiels, accès aux ports, contacts de près de 350 ports de la Manche, mer d’Iroise et Atlantique, en partant du sud de l’Angleterre jusqu’à la frontière de l’Espagne.

C’est aussi un recueil sur la santé et la sécurité en mer, la signalisation et le balisage, les renseignements administratifs… Bref, une bible (qui serait complète si l’on considère que la mer Méditerranée n’a pas sa place dans le cœur des marins bretons) et le couteau suisse pour toutes les navigations de plaisance, de pêche ou au commerce.

Continuer la lecture

Edouard Philippe ©Jean-Sébastien EVRARD

Dans quelques semaines, près de 2000 décideurs de l’économie maritime française seront réunis à Brest à l’occasion de la 14e édition des Assises de l’économie de la mer qui aura lieu les 27 et 28 novembre 2018.

Chaque année, navigateurs, hommes politiques, armateurs, ministres, députés, directeurs et maîtres de ports, officiers et amiraux, journalistes, fédérations et associations, ne manquent pas ce rendez-vous devenu central et incontournable pour l’ensemble des acteurs du monde maritime français, européen et international. Si bien que la Présidence de la République y a également participé en 2016.

Lors des précédentes éditions, Manuel Valls, Jean-Mac Ayrault, Frédéric Cuvillier, Alain Vidalies, Jean-Yves Le Drian, Nicolas Hulot, Hervé Morin, Édouard Philippe, Francis Vallat, ont fait le déplacement sur invitation et ont participé aux débats avec l’assemblée, au grand bonheur des participants, se plaignant souvent que le monde politique n’accorde que trop peu d’intérêt au monde maritime français et à son potentiel.
Même Jean-Luc Mélenchon a fait lui-même le déplacement sans invitation et de sa propre volonté, exprimant ainsi son attachement et sa confiance au potentiel français, ce qu’il ne manque d’ailleurs pas de répéter lors de ses meetings.

Continuer la lecture

Opération Tanit, 10 avril 2009

Et surtout, en avons-nous le droit ? En Marine Marchande, l’aspect juridique de cette question est facilement abordable. Mais en navigation de plaisance, ou de yachting, est-ce envisageable, voir conseillé ?

Qu’il s’agisse de piraterie (délit ou crime avec intention ou capacité d’utiliser la force en haute mer) ou de brigandage maritime (dans les eaux territoriales), appeler la police lorsqu’on est en mer ou au mouillage est souvent inutile et une perte de temps face à ce genre d’actes rapides et violents, face auxquelles les victimes sont démunies.

Il n’est pas ici question d’inciter le lecteur à posséder une arme létale en prévention des risques maritimes, mais d’avoir une réflexion sur le fait de savoir s’il est souhaitable d’en avoir une, ou s’il n’est pas préférable d’user de ruse pour se défendre légitimement et autrement.

Continuer la lecture

Le terme de « randonnée » est-il bien choisi pour cette épreuve aussi rude que sauvage ?

Librement inspirée de la Race To Alaska, il n’y a que le concept qui est simple : 750 milles à parcourir, peu importe l’embarcation, mais sans moteur, sans assistance, en solo ou en équipage mixte (au moins un homme et une femme), sans descente à terre ni amarrage, en deux étapes séparées par un arrêt obligatoire de 12 heures minimum et maximum, sans rien à gagner (contrairement à la Race to Alaska où le vainqueur remporte 10 000 dollars, le deuxième un lot de couteaux à steaks).

Comme la course américaine (qui rallie l’Etat de Washington à l’Alaska) n’a pas son équivalent en Europe, Hervé Nougier, a lancé l’idée d’en créer une en novembre 2017 peu avant le Nautic de Paris. L’édition aura lieu le 01 juillet 2018 et le 31 août 2018.

Continuer la lecture

Il ne s’agit pas ici d’un énième article sur le transport à la voile qui se (re)démocratise peu à peu, mais d’un véritable projet sociétal de transformation et de nouvelle approche sur la navigation professionnelle et de la propulsion des navires de la Marine Marchande.

Nous connaissons TOWT (TRANSOCEANIC WIND TRANSPORT) engagée dans le transport de marchandises bio à la voile, la société Neoline et son cargo à gréement duplex, les prototypes de navires électriques, les portes-conteneurs hybrides, mais ces entreprises agissent à plus grande échelle (au niveau des routes maritimes ou du volume exploité).

Pourquoi ne pas s’engager également au profit de la pêche, du fret à plus petit format, aux opérations scientifiques, ou aux activités du nautisme ?

Continuer la lecture

Peut-être l’événement le plus insolite de l’hiver, la station de ski Le Corbier du domaine des Sybelles en Savoie, organise pour la seconde fois une course d’Optimist sur son domaine skiable. La station s’animera aux couleurs de la Bretagne et de la Normandie durant toute une semaine, avec, en plus des marins et des régatiers, un orchestre breton et des denrées iodées. Tout le folklore de l’océan sera importé à 1550 mètres d’altitude, en partenariat avec la ville de Saint-Malo et la baie du mont Saint-Michel.

Continuer la lecture

Mer notre avenir

Le 19 octobre aura lieu à Rennes une soirée débat sur le thème « La mer, avenir de la Bretagne« , et non pas « La mer est-elle l’avenir de la Bretagne ?« . Peut-être un détail, mais qui en dit suffisamment sur la manière dont les organisateurs (Ouest-France, Le Marin, Voiles et Voiliers, Chasse Marée, et en partenariat avec Macif, la Région Bretagne et la Région Pays de la Loire) ont souhaité poser le débat.

Car comment pourrait-on penser que la mer n’est pas l’avenir de la Bretagne alors que c’est elle qui l’a façonnée.

Continuer la lecture

Capture d’écran 2016-03-23 à 16.54.55

Encore un énième article sur le nautisme collaboratif ou sur la co-navigation ? Oui. Enfin non, pas vraiment.

Share My Sea est un concept assez révolutionnaire dans le milieu du nautisme collaborative, d’une part car il s’agit de la première application de l’ensemble de la communauté maritime, et qui, d’autre part, permet de géolocaliser les utilisateurs, et donc son navire.
Une chose est sûre, il y a toujours non loin de vous une personne disposée à partager une sortie une mer. Et ShareMySea vous permet de la trouver : plaisanciers, pêcheurs, kayakistes, services du yachting, whale-watching, sorties en mer, croisières, promenades, l’ensemble de la communauté s’apprête à se fédérer derrière une même bannière.

Continuer la lecture

Capture d’écran 2016-01-26 à 14.14.54

Si l’application SKIPPER n’existait pas, il fallait l’inventer : réunir tous les outils pratiques et indispensables à la navigation dans une seule et même application, c’est non seulement un gain de temps considérable pour accéder aux informations nécessaires avant et pendant la navigation (météo, GPS, plan de route, journal de bord), mais c’est surtout la fin de l’encombrement des applications accessoires qui s’accumulent sur le téléphone.

L’application ne remplacera jamais les appareils de navigation qui doivent obligatoirement se trouver à bord du navire (comme le loch ou la VHF par exemple), mais lorsqu’on navigue en plaisance, que nous sortons à la journée, que ne faisons du cabotage, ou même des sports de glisse (Kayak, Kite Surf, Catamaran, Planche à voile, dériveur, etc), l’application peut largement se suffire à elle-même, car elle permet d’indiquer :

Continuer la lecture