armes

Opération Tanit, 10 avril 2009

Et surtout, en avons-nous le droit ? En Marine Marchande, l’aspect juridique de cette question est facilement abordable. Mais en navigation de plaisance, ou de yachting, est-ce envisageable, voir conseillé ?

Qu’il s’agisse de piraterie (délit ou crime avec intention ou capacité d’utiliser la force en haute mer) ou de brigandage maritime (dans les eaux territoriales), appeler la police lorsqu’on est en mer ou au mouillage est souvent inutile et une perte de temps face à ce genre d’actes rapides et violents, face auxquelles les victimes sont démunies.

Il n’est pas ici question d’inciter le lecteur à posséder une arme létale en prévention des risques maritimes, mais d’avoir une réflexion sur le fait de savoir s’il est souhaitable d’en avoir une, ou s’il n’est pas préférable d’user de ruse pour se défendre légitimement et autrement.

Continuer la lecture

https://i0.wp.com/www.armyrecognition.com/images/stories/news/2009/january/French_Army_soldiers_Commandos_from_the_Floreal_%20French_frigate_arrest_Somali_pirates_001.jpg?resize=563%2C402

Après deux années de forte croissance en terme de nombre d’attaques de pirates sur des navires marchands, la tendance est à la baisse sur les quatre premiers mois de l’année 2012.
« Seulement » 27 attaques contre 91 l’an passé durant la même période, soit 70% de baisse.
Ceci est dû au renforcement de la présence des navires de guerre européens (EUNAVFOR), mais aussi iraniens, russes, indiens et américains sur zone.
De plus, l’autorisation d’embraquer des gardes armés à bord a aussi induit une forte diminution (66%) de la réussite de ces attaques.

Continuer la lecture