L’Aquarius, toujours bloqué à Marseille, a changé de nom

Le navire humanitaire Aquarius est toujours en cette mi-novembre bloqué à quai à Marseille depuis le 04 octobre 2018. La France sera-t-elle sa dernière escale ? Il est question depuis plusieurs semaines de clarifier sa situation administrative et surtout politique, autrement dit trouver un nouveau pavillon depuis que le Panama l’a retiré de son registre pour « non respect des procédures juridiques internationales« .

« L’Aquarius a été, d’une façon relativement lâche, attaqué politiquement« , lance Frédéric Pénard, directeur des opérations de l’ONG SOS Méditerranée, en masquant à peine une pique au ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, qui avait décidé, en juin 2018, de fermer les ports italiens aux migrants.

Jusque là, aucun Etat ne s’est manifesté pour hisser son pavillon à bord de l’Aquarius. Il était un temps question que le navire humanitaire batte pavillon du Vatican, mais le décret (datant de 1951) précisant les modalités d’attribution est peut-être techniquement inadapté aux missions bateau : Ce texte précise notamment que « des navires appartenant à l’État, à des citoyens du Vatican, ou à des organismes du Vatican, dûment autorisés par la Commission pontificale pour l’État de la Cité du Vatican, peuvent être affectés au transport par voie maritime de personnes ou de marchandises en direction de la Cité du Vatican ou provenant de celle-ci ».

Le décret précise en outre que les navires seront enregistrés auprès d’un bureau spécifique du Gouvernorat de l’État de la Cité du Vatican, celui-ci constituant « le port d’enregistrement des navires » et tenant le registre naval.

Le texte va même jusqu’à préciser que les navires, une fois reconnus « aptes à la navigation », porteront chacun « leur propre nom, approuvé par la Commission pontificale pour l’État de la Cité du Vatican », celui-ci devra être inscrit à l’arrière et à l’avant du bateau, de façon à ce qu’il soit « bien visible » tandis que la mention « Cité du Vatican » devra apparaître en dessous et que le pavillon devra être « hissé sur le grand mât » tandis que, sur les côtés devront apparaître « les armoiries officielles de l’État du Vatican ».

Enfin, le décret impose à bord la présence d’un prêtre qui « exerce la fonction d’aumônier » et « occupe le grade hiérarchique situé immédiatement après celui du commandant » tandis que l’équipage, recruté par l’armateur, devra également recevoir l’approbation du gouverneur « qui peut, sans aucune obligation d’en fournir les motivations, exiger que soit écarté un élément ».

Mais l’hypothèse d’un pavillon du Vatican a été écarté, et l’ONG  a réussi à obtenir un pavillon temporaire pour les besoins administratifs d’assurance, cette-fois ci libérien, et a changé de nom : Aquarius Dignitus (Aquarius 2 à l’AIS, IMO 7600574).

Ce n’est donc qu’un pavillon administratif et ne lui permet pas de reprendre la mer.

Cet article, publié dans Droit Maritime, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s