Sauvetage en mer : des drones pour remplacer les fusils lance-amarres

Dans un port, pour passer une remorque, un matelot du navire marchand envoie une touline depuis le gaillard ou la poupe vers le remorqueur, c’est à dire du haut vers le bas.
Le matelot du remorqueur y fixe un orin, lui-même fixé à l’œil de la remorque qui est halée, d’abord à la main puis au moyen d’un treuil, jusqu’à ce que la remorque soit capelée sur une bitte.

En mer ouverte, notamment pour le remorquage de sauvetage, c’est le contraire, la touline est envoyée du remorqueur vers le navire marchand au moyen d’un fusil lance-amarres, donc du bas vers le haut.

Pour plus de sécurité dans les opérations de sauvetage en mer, en particulier en cas de grosse mer, la compagnie de remorquage hollandaise Kotug expérimente l’utilisation d’un drone pour envoyer la touline à la place du fusil lance-amarres.

L’utilisation de drones aériens a déjà fait son apparition dans le transport maritime pour celui de petits plis postaux ou encore l’inspection intérieure des coques pour le compte des sociétés de classification.

Pour Kotug, l’avantage du drone est avant tout sécuritaire, en permettant au remorqueur de se tenir à côté du navire et non plus devant la proue où à l’arrière de la poupe, des zones clairement considérées comme dangereuses lors du passage de la remorque. Une série de tests doit être menée en 2018 en vue d’obtenir l’autorisation d’utiliser ces drones d’assistance dans les ports desservis par Kotug.

Cette technologie serait-elle envisageable à l’échelle des sauveteurs en mer de la SNSM ?

L’environnement n’est pas le même. Les échelles d’intervention sont différentes, et les vedettes de la SNSM sont principalement mobilisées pour intervenir auprès de plaisanciers ou yachts privés, et certainement pas auprès des cargos de plusieurs centaines de mètres où seuls les remorqueurs portuaires et de haute mer ont le monopole pour intervenir.

Kotug, fondée en 1911 à Rotterdam, figure parmi les plus importantes sociétés de remorquage dans le monde avec une flotte de plus de 100 navires.
En Europe, pour le seul remorquage portuaire, la société qui a fusionné avec la division de remorquage Smit déploie plus de 65 remorqueurs dans 12 ports d’Allemagne, des Pays-Bas, de Belgique et du Royaume-Uni.

En vidéo, voici comment la société KOTUG envisage de remplacer les fusils lance-amarres par des drones depuis le navire remorqueur :

Cet article, publié dans Marine Marchande, Port, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s