Sécurité en mer : 11 étudiants de l’ENSM vont tenter de survivre à bord d’un radeau durant 5 jours

© photo BMPM/MN-SM Etourneau

11 naufragés volontaires pour la bonne cause, cela fait écho au projet du docteur Bombard qui a prouvé, par son expérience dans l’océan atlantique, qu’il est possible à un naufragé de survivre pendant un certain temps en mer sans eau potable ni provisions.

Ce n’est pas exactement le même projet, pour ces 11 étudiants de l’École Nationale Supérieure Maritime. Ils vont chercher au contraire à s’immerger en conditions de survie à bord d’un radeau durant 5 jours avec pour seules provisions les rations de survie stockés à bord de l’embarcation, et gérer la promiscuité, la fatigue, le mal de mer, et tous les imprévus qui peuvent exister dans ce genre de situation de détresse.

Il n’est pas rare d’entendre de la bouche de certains marins que les techniques de survie en mer ne sont qu’illusions, car il n’y a rien de pire au monde que ce genre de situation. « Les radeaux de sauvetage ne sont là que pour prolonger l’agonie » peut-on lire parmi certains témoignages.
Le docteur Bombard décrit justement dans son livre « Naufragé Volontaire » que l’une des principales causes de décès de naufragés n’est pas la faim ou la soif, mais la terreur et le désespoir. Il fonde sa thèse sur les naufrages tels que celui du Titanic où certaines personnes sont mortes ou sont devenues folles alors qu’elles avaient trouvé refuge dans les canots de sauvetage, alors qu’aucun des enfants qui se sont retrouvés avec eux n’a péri, et ceci du fait que les enfants sont moins sujets au désespoir et à la panique.

© photo BMPM/MN-SM Etourneau

Le projet de ces étudiants de l’Hydro de Marseille est organisé par l’association Au Rad’Lô, dont les membres (et l’ensemble des marins) considèrent que la sécurité est une problématique majeure du monde maritime (et qui fut l’objet de nombreuses conventions tout au long du XXème et du XXIème siècle).
C’est donc basée sur cette valeur que 11 des membres de l’association s’aventureront début juin 2017 au large de Marseille durant 3 à 5 jours.

Médecins, psychologues et professionnels de la sécurité en mer réaliserons une étude physiologique et psychologique au cours de cette période. Par la suite, les données récoltées seront publiées et permettrons d’enrichir les formations en matière de survie, et à une échelle plus large, les connaissances de ce domaine.

Au Rad ‘Lô est présente sur le vieux port de Marseille, dimanche 30 avril 2017, à l’occasion de l’Hydro’s Cup de Marseille.

Suivre l’actualité de l’association sur Facebook.

Cet article, publié dans Culture, Marine Marchande, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s