Lutte contre la fraude maritime : BIMCO édite une liste de signes avant-coureurs à repérer

affréteur

Armateurs, affréteurs, agents et autres acteurs du transport maritime peuvent  être classiquement victimes ou coupables de fraude.
Fort de nombreux rapports de ses membres signalant des fraudes ou des tentatives de fraude à la cargaison, l’organisation BIMCO (Baltic and International Maritime Council) a édité une liste de signes d’alarme qu’il convient de garder à l’esprit en cas de soupçon.

En avril 2016 par exemple, l’organisation a reçu deux rapports sur des fraudeurs cherchant à tromper leur partenaire en les invitant à verser des paiements anticipés sur des comptes contrôlés par eux.
En réunissant toutes les plaintes de suspicion de fraude, la BIMCO a donc rassemblé quelques signes clés avant-coureurs pour aider ses membres à les repérer.

Ne jamais se fier aux apparences est une règle classique. Ce n’est pas parce-que des négociations paraissent professionnelles et parfaitement authentiques au premier abord qu’elles le sont nécessairement. Il n’est pas rare chez certains courtiers d’utiliser le nom de grands affréteurs pour se donner en crédibilité, ou de travailler avec d’autres faux affréteurs, avec vrais adresses et numéros de téléphone, mais complices de l’intention frauduleuse.

Voici donc quelques éléments qui permettent de détecter l’intention frauduleuse d’un affréteur selon la BIMCO :

  • La cargaison initiale est suivie d’une demande d’ajouter un chargement supplémentaire qui serait les conditions du connaissement,
  • Le courtier n’a pas connaissance du ou des propriétaires, ou leur courtier direct,
  • Les ports d’embarquement se trouvent souvent (mais pas toujours) en Turquie ou dans les pays d’Afrique du nord,
  • L’affréteur insiste pour obtenir du propriétaire les fonds très rapidement après la conclusion de l’accord. Et après inspection, il s’avère que le compte bancaire de l’agent se trouve être dans un tout autre pays que celui dans lequel se situe le port de chargement,
  • Il y a une demande de verser des fonds à un pays ou individu tiers sans lien avec le contrat ni aucune des parties du connaissement, du port de chargement ou de déchargement,
  • Dans de nombreux cas, une demande est faite auprès des propriétaires de verser une somme d’argent sur un compte bancaire turc, que la cargaison passe par la Turquie ou non,
  • Il y a une demande soudaine de changer le compte bancaire au sein duquel les fonds sont censés être versés,
  • Tous les échanges et toutes les communications se font par mail,
  • Les numéros de téléphone fournis peuvent être ceux d’hôtels au hasard ; de même pour les adresses postales,
  • L’affréteur peut avoir plusieurs cargaisons au même moment, et l’on s’en aperçoit lorsque l’on vérifie les numéros et références.

Que faire en cas de suspicion ?

  • Contacter chaque partie concernée, et s’assurer auprès d’un agent de confiance dans le port de chargement si la cargaison est effectivement disponible,
  • Si vous connaissez une personne dans l’entreprise d’affrètement signifiée, contactez-la pour vérifier s’il y a bien une cargaison correspondant à la vôtre,
  • Lorsque les fraudeurs présumés mentionnent une compagnie réputée comme affréteur, vérifiez auprès de celle-ci le sérieux de votre interlocuteur avant de vous engager,
  • Prenez l’habitude de vérifier la section « informations de la compagnie » sur le site de BIMCO, et enregistrer-vous sur le site afin de vous assurer de recevoir les dernières informations que le site pourra vous fournir,
  • Appelez la BIMCO pour vérifier les détails et informations de la personne que vous présumez fraudeur, car la structure pourra vérifier et comparer les numéros de téléphone et adresses e-mails des affréteurs.

En quelques mots, BIMCO est une association de transport maritime qui offre un large éventail de services à ses membres présent dans le monde entier (parties prenantes qui ont des intérêts dans l’industrie du transport maritime, y compris les armateurs, opérateurs, gestionnaires, courtiers et agents).
L’objectif principal de l’association est de faciliter les opérations commerciales de ses membres par le biais de l’élaboration de contrats types et de clauses, de fournir des informations de qualité, des conseils mais également de la formation.
L’association agit pour favoriser des pratiques loyales dans les affaires, le libre échange et le libre accès aux marchés et est un ardent défenseur de l’harmonisation et la normalisation de toutes les activités liées au transport maritime.
Accréditée en tant qu’organisation non-gouvernementale (ONG) avec tous les organismes compétents des Nations Unies et d’autres organismes de réglementation, BIMCO promeut activement l’application des normes convenues instruments réglementaires.

Cet article, publié dans Droit Maritime, Marine Marchande, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Lutte contre la fraude maritime : BIMCO édite une liste de signes avant-coureurs à repérer

  1. walter OIRCC dit :

    oirccwalteràgmail.com
    Nous sommes l’organisme internationale de répression contre la Cybercriminalité, (OIRCC) nous fusionnons avec l’Interpol, dans tout les pays du monde ayant opté pour la convention officielle de poursuite et l’arrestation de tout individu impliqué dans l’escroquerie, Soyez donc rassurez confiant de nous contacter et ensemble nous allons mettre la main sur votre escrocs car notre objectif est de faire rembourser tout les internautes qui se sont faire arnaquer sur le net.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s