Méga-navires : quels impacts pour les villes portuaires ?

Mega port

Olaf MERK, administrateur du Forum International des transports de l’OCDE, a publié une tribune dans Dock Infos, la revue du Réseau Mondial des Villes Portuaires, au sujet des nouvelles mesures que devront adopter les ports pour s’adapter aux nouveaux types de navires qui voient le jour : les méga-navires.

Le sujet mérite en effet d’être traité. Le CMA-CGM BOUGAINVILLE, encore chaud de sa sortie de chantier en septembre 2015, a une taille si conséquente (398m) que ses escales ne peuvent être improvisées. Le même armateur détient également dans sa flotte le Benjamin Franklin (399.2m), et il n’est pas le seul a avoir de tels bâtiments. L’augmentation des tailles des navires va devenir de plus en courant. Naturellement, les navires n’augmentent de taille que si des ports sont capables de les accueillir. Ou bien, les armateurs forcent-ils les ports à s’adapter à eux sous menace de plus faire escale chez eux ?

C’est pour cela que les villes, les ports, les chantiers navals et toute l’industrie maritime sont étroitement liés.

Cette nouvelle révolution industrielle modifie déjà, et en profondeur, nos paysages urbains. La compétitivité chez les armateurs poussent de facto celle des villes européennes, des villes mondiales, et leurs ports. La relation ville/port va donc évoluer, les ports incapables de s’adapter (pour raison financière, morphologique ou politique) passeront en second plan, etdes ports off-shore (comme le port de Guyanne, le futur port de Venise, ou le port de Shanghai) jailliront du sol.

Que penser des équipements portuaires ? Du personnel supplémentaire, et nouvellement formé ? Des quais supplémentaires ? Des lieux de stockages disponibles ? Des portiques supplémentaires ?  Tout cela a naturellement un coût.

Les ports, propriétés des villes ou de l’Etat, sont donc sous le joug des armateurs, qui les menacent de s’adapter sous prétexte de ne plus faire escale chez eux. La pression est ainsi très forte. Mais tout laisse à croire qu’ils ne se laisseront pas faire.

C’est l’objet de la tribune de Olaf MERK, passionnante, que vous pouvez consulter en cliquant ici.

Ce contenu a été publié dans Marine Marchande, Port, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire