Comment préparer son sac de survie en cas d’abandon du navire ?

baie-de-douarnenez-29.le-voilier-retrouve-le-plaisancier-porte-disparu

Comme beaucoup de plaisanciers et marins, lorsque l’on décide de partir en mer, la première question que l’on se pose du point de vue de la sécurité est de savoir comment préparer son sac de survie en cas de procédure d’abandon du navire.

Préparer sa survie est primordiale. Le chef de bord gouverne son navire, et gouverner, c’est prévoir. Anticiper un incident n’a rien de très amusant, mais si l’on est obligé d’abandonner le voilier, nous n’avons pas le temps de réfléchir et encore de temps pour préparer ses équipements pour la survie.

En préparant le sac de survie nécessaire, tout est prêt, réfléchie et à portée de main.

Le sac devra être :

– Flottant,
– Étanche,
– De couleur vive,
– Relié à un cordage et muni d’un mousqueton.

Que mettre dans le sac de survie ?

Dans un ordre logique :

1/ Les documents de bord et papiers de l’équipage :

– Pièces d’identité de l’équipage dans une pochette étanche,
– Papiers du navire (acte de francisation, carte de circulation) dans une pochette étanche,
– Ne pas partir sans le livre de bord, le mettre dans le sac au moment du naufrage.

2/ Le matériel de repérage :

– 3 feux rouges automatiques à main,
– 3 fusées parachutes,
– 2 fumigènes flottants,
– 2 miroirs de signalisation,
– 2 sifflets,
– Un feu étanche,
– Une lampe à éclat flottant,
– Une lampe à dynamo,
Un ruban de localisation,
– Une VHF portable résistante à l’eau…
– …reliée à une balise de détresse Cospas-Sarsat…
– …avec un transpondeur radar SART.

3/ Le matériel de navigation :

– La carte marine de la zone dans laquelle vous naviguez,
– Un GPS,
– Un compas,
– Votre journal pour vous référer aux derniers points de coordonnées si besoin.

4/ L’équipement personnel des naufragés :

– Combinaison de survie, ou,
– Combinaison de plongée (ou de planche à voile, dériveur, etc.),
– Y adjoindre une cagoule, des gants et des chaussons néoprènes,
– Sinon, prévoyez des vêtements très chauds et étanches,
– Une couverture de survie par naufragé,
– Une trousse à pharmacie (dont cachets, protection solaire yeux et peau, anti-irritation),
– Un gilet de sauvetage, un couteau, un sifflet et une lampe étanche pour chaque naufragé,

5/ La nourriture de survie :

– De l’eau (en énorme quantité) en supplément de celle qui se trouve dans le radeau,
– Aliments qui se conservent facilement (fruits secs, ration de survie militaire, etc).

L’ensemble de ces aliments devront être conservés dans un deuxième sac étanche, flottant, de couleur vive et relié à un cordage muni d’un mousqueton.

Au final, vous disposerez donc de votre sac de survie, d’un sac pour la nourriture et d’un bidon de 20 litres d’eau potable.

6/ Le matériel de manoeuvre et de survie :

– Sacs de congélation,
– Sacs étanches,
– Elle petite somme de cordages d’épaisseurs différents,
– Une réserve de piles pour les équipements électroniques,
– Un couteau multi-fonctions type Leatherman,
– Deux rubans adhésifs en toile étanche,
– Un déssalinisateur manuel,

– Du matériel de pêche, qui comprendra les éléments suivants :

  • 2 lignes à main de 10 mètres chacune, constituées d’une ligne mère en nylon tressé de 3 mm de diamètre, d’un bas de ligne de 5 mètres en nylon mono filament de 2 mm de diamètre, d’un lest en plomb et d’une solide agrafe à émerillon (pour attraper les gros poissons),
  • un assortiment d’hameçons et de bas de ligne lestés, dont des hameçons auto ferrants en acier inoxydable de deux tailles différentes et des bas de ligne en fil mono filament,
  • une petite ligne à main avec du fil mono filament plus fin (pour attraper les poissons de plus petite taille ainsi que des calmars),
  • un assortiment de petits hameçons, d’émerillons, de leurres, de plombs à utiliser avec la petite ligne à main (les poissons ainsi capturés peuvent servir d’appât pour pêcher des poissons de plus grande taille),
  • un assortiment de lignes pour la pêche à la “ turlutte”,
  • un assortiment de leurres spéciaux pour la pêche du calmar.

Avec cet article récapitulatif, vous êtes sûr d’être prêt à quitter le bord sans rien oublier pour votre survie en mer, en n’omettant pas de garder un mental d’acier, pour vous, et pour votre équipage qui comptera sur vous, leader, pour les sauver.

Cet article, publié dans Nautisme, Plaisance, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s